Artikel drucken

La suspicion d'appartenir à un mouvement islamiste radical ne justifie pas nécessairement le licenciement d'un salarié

Si un salarié est soupçonné d'appartenir à un "mouvement djihadiste" militant radical et est donc privé de ce fait de son passeport à titre préventif, ces faits ne justifient pas à eux seuls le prononcé d'un licenciement à son encontre...

Download:
La suspicion d'appartenir à un mouvement islamiste radical ne justifie pas nécessairement le licenciement d'un salarié.pdf



Rufen Sie uns an:

Strasbourg
+33 (0)3 88 45 65 45
Köln
+49 (0)221 1 39 96 96 0
Baden-Baden
+49 (0)7221 3 02 37 0
Paris
+33 (0)1 53 93 82 90
Sarreguemines
+33 (0)3 87 02 99 87
Lyon
+33 (0) 4 27 46 51 50